Alors qu’Uber peut continuer le développement son pilote autonome sous certaines conditions, Waymo chasse sur ses terres et signe un alliance avec Lyft.

Clap de fin pour le conflit opposant Uber à Waymo sur l’affaire des documents confidentiels utilisés par Levandowski pour le LiDAR. Waymo, qui ne compte pas en rester là, s’associe à Lyft, concurrent d’Uber.

Victoire en demi-teinte

Après plusieurs audiences, le juge en charge de l’affaire Waymo/Uber a tranché en faveur de ce dernier. Finalement, aucune ordonnance restrictive n’a été déposée contre la société de VTC. Uber peut donc continuer le développement de son programme de conduite autonome… mais pas en toute sérénité.

Le juge ordonne à Uber de rendre à Waymo les documents confidentiels d’ici fin mai, conscient de leur usage dans le développement de « quelques technologies » par Uber. Ensuite, un relevé de tous les échanges entre la startup et Levandowsk concernant le LiDAR devra également être fourni. Et enfin, Levandowsk, l’ex ingénieur Waymo débauché par Uber ne pourra plus œuvrer au développement du LiDAR. Beaucoup de difficultés pour Uber donc, que l’on peut difficilement donner pour vainqueur du dénouement de cette affaire.

Stratégie agressive

Waymo ne semble pas vouloir en rester là, puisque c’est dans la foulée qu’il annonce collaborer avec Lyft, concurrent direct d’Uber. Pourtant lui aussi dans la course à la conduite autonome en collaboration avec General Motors, l’annonce de cette collaboration pourrait mener à une mutualisation des recherches et une fusion des technologies. Rappelons que de son coté, Waymo collabore avec FCA (Fiat Chrysler Automobile), concurrent direct de… General Motors. Difficile donc de dire ce qu’il adviendra du sort des géants automobile américains suite à cette nouvelle collaboration, même si une alliance des deux n’est pas impossible. Pour en savoir plus, rendez-vous ici.

 

Donner votre avis

Soyez le premier à commenter

Notify of
avatar
wpDiscuz