Leader de la voiture électrique, Nissan se met à niveau dévoile sa nouvelle Leaf : plus performante, plus esthétique, plus technologique.

Longtemps teasée, la seconde génération de la Leaf, voiture électrique la plus vendue à travers le monde, se dévoile enfin avec de solides arguments !

Le nerf de la guerre : l’autonomie !

Avant d’aborder les évolutions esthétiques et apports technologiques, commençons par le point plus important pour une électrique : ses performances. Si les chiffres sont bons, ils ne sont pas non plus les meilleurs du marché. Avec une batterie de 40 kWh, la capacité de la batterie se voit presque doublée par rapport à sa devancière et ses 24 kWh. Mais face aux batteries de 60 kWh d’une Ampera-E, ou celles de 50 à 75 kWh d’une Tesla Model 3, la nouvelle venue ne tient pas la comparaison.

Mais ne gâchons pas notre plaisir, la nouvelle Leaf ne manque pas de qualités. L’autonomie est annoncée à 372 km en cycle NEDC. En conditions réelles, cela correspond environ à 300 km d’autonomie. Si cela devrait convenir à bien plus de clients que l’actuelle génération, les plus exigeants devront encore patienter. En effet, une seconde version plus musclée est déjà au programme, avec une batterie de 60 kWh. Sa présentation est prévue pour 2018, avec une autonomie réelle estimée aux alentours de 400 km.

Pour le reste des données technique, on notera avant tout une sérieuse augmentation de la puissance moteur. Auparavant de 80 kW, il développe désormais 110 kW, soit 150 chevaux, pour 320 Nm de couple. En revanche, pas d’amélioration du coté de la vitesse maximale, toujours bridée électroniquement à 144 km/h. Et si l’on s’attendait à une donnée niveau accélération, ce n’est pas le cas, le 0 à 100 km/h n’a pas été communiqué par le constructeur.

Pour la recharge, là aussi ça reste sans surprise. Pour la recharge classique, il faudra compter 16h sur une prise domestique 10A, et mois de 8h sur une prise 32A. La recharge rapide permettra d’atteindre 80% de la capacité de la batterie en 40 minutes, pour 240 km d’autonomie récupérée.

Électrique devenue sexy

Ce fut peut-être le point le plus dissuasif pour l’ancienne génération : le design. Particulièrement exotique et atypique, certainement dans un but distinctif, la nouvelle venue se rapproche des codes stylistiques maison et adopte un design bien plus attirant. Au programme, retour d’une calandre (bien que factice), ligne acérés, pavillons flottant, et un arrière qui n’est pas sans rappeler une certaine Micra. Sans être la voiture la plus réussie du salon de Francfort, elle est certainement celle ayant la progression stylistique la plus flagrante

A l’intérieur, la simplicité et l’efficacité semblent avoir été les maitre mot. Il est même difficile de ne pas parler d’austérité tant la planche de bord présente agencement très classique, et sans matériaux contrastant. Cet effet d’austérité est principalement dû à la forte présence de plastique noir à bord de tout l’habitacle y compris sur les montant de portes.

Concentré technologique

La Leaf ne lésine pas sur les innovations techniques. Bien au contraire, elle est même l’ambassadrices de plusieurs d’entres elles, à commencer pas l’e-Pedal. Cette pédale nouvelle génération permet, selon le constructeur, de se passer de la pédale de frein pour 80% du temps. Concrètement, c’est une pédale d’accélérateur imitant le comportement du frein moteur. Lorsque le conducteur relâche la pédale, les freins entreront en action progressivement jusqu’à freinage total du véhicule.

Second apport technologique majeur, la conduite semi autonome ProPILOT. Déjà présente sur la dernière génération de Qashqai, le système s’apparente au système AutoPilot de Tesla, les mises à jour cumulatives de fonctionnalités en moins. Il permet néanmoins de gérer maintient du véhicule sur sa voie, vitesse, distance de sécurités. La technologie ProPILOT s’installe également des les manœuvres de stationnement : le système ProPILOT Park gère effectivement les manœuvres de stationnement en bataille et créneau de manière totalement autonome. Contrairement à la plupart des concurrent, le système gère ici accélération et freinage durant la manœuvre.

Le Nissan Safety Shield, regroupant plusieurs systèmes de sécurité active, est également au programme. On retrouve notamment le freinage d’urgence autonome avec détection de piétons, détecteurs d’angle morts, et caméra à 360°.

Si les tarifs ne sont pas encore précisément communiqué, Nissan fait la promesse de rendre cette nouvelle Leaf plus accessible que l’actuelle génération.