Audi voit très loin dans le futur, avec ses concepts Elaine et Aicon, électriques et autonomes. Le second, inédit, perd le volant et… les pédales.

Audi continue de voir plus loin dans le futur, en présentant deux concepts électriques et autonomes, incarnation de l’évolution future de la mobilité par étape.

Audi Elaine : ne m’appelez plus e-tron

Si l’apparence de ce concept ne vous est pas totalement inconnue, pas d’inquiétude, c’est tout à faire normal. L’Audi Elaine s’avère être le nouveau nom de l’Audi e-tron Sportback, présenté quelques mois plus tôt au salon de Shanghai. La principale évolue face à la première itération est l’amélioration du système de conduite autonome. Il atteint désormais le niveau 4 d’autonomie.

A un stade particulièrement avancé sur le sujet, la marque aux anneaux annonce ici être prêt à commercialiser rapidement un système de conduite autonome de niveau 4. Testé en conditions réelles, l’Audi Elaine est désormais capable de venir chercher son conducteur (ou passager ?) au lieu de son choix, d’effectuer des changements de direction sans intervention du conducteur, ou encore de gérer les dépassement sur voie rapide. Tout cela est assez spectaculaire, mais cela n’empêche pas le conducteur de reprendre le contrôle à tout moment… ce qui n’est pas le cas du second concept.

Coté mécanique, l’Audi Elaine est aussi particulièrement au point. Il propose un ensemble de trois moteurs électrique d’une puissance total de 430 chevaux. Le premier est situé à l’avant, et les deux autres positionnés sur l’essieu arrière, ce qui fait de cet Elaine une transmission intégrale. Il lui faudra seulement 4 secondes pour atteindre 100 km/h, grâce à un mode boost portant la puissance de l’engin à 496 chevaux !

L’autonomie devrait aussi être un point fort de ce véhicule, puisque Audi annonce 500 km d’autonomie selon les nouvelles normes de mesures européennes, soit plus proche de l’autonomie réelle que le cycle NEDC. Un câble de 150 kW pour une recharge rapide ou une plaque induction pour une recharge sans fil sont au programme. C’est en 2019 que le modèle de série sera commercialisé, certainement accompagné de quelques modifications esthétiques impératives pour le passage en production.

La première Audi sans volant, ni pédales

Sous le nom d’Aicon, c’est probablement une des plus grosses surprises de cette édition du salon de Francfort. Avec ce concept, Audi a présenté sa vision de la voiture « à vivre » d’un demain lointain, mais d’une maturité surprenante. Cette vision prend la forme d’une berline de luxe de très grande taille, 5,44 m de long pour 2,01 m de large. La particularité principale (mais pas unique) de l’Aicon est sa conception intérieure, qui s’apparente plus à un salon roulant qu’à un habitacle automobile. Et pour cause : volant et pédale sont aux abonnés absent, puisqu’il s’agit ici d’une voiture strictement autonome.

A l’intérieur donc, l’habitacle très épuré se limite à 2 sièges indépendants à l’avant, une banquette à l’arrière, et une panoplie de 3 écrans (qui ont le bons goût de ne pas trop occuper l’espace visuel). Pour changer de musique ou choisir son itinéraire, il faudra compter sur PIA, une intelligence artificielle interactionnelle. La place belle a été faite à la luminosité, avec de grande surfaces vitrées et un toit panoramique, ce qui confère une ambiance relaxante à bord. Dernier détail, on monte à bord de l’Aicon par le biais de portes antagonistes à ouverture automatique, sans poignées.

A l’extérieur aussi, l’épuration est à son paroxysme. La silhouette est élancée et sculpturale, avec une ceinture de caisse haute et un pare-brise très plongeant, à l’encontre des codes stylistiques maison. Le capot court (absence de moteur thermique oblige) se termine par une calandre ton carrosserie, encadrée par une large zone lumineuse d’un gris plus sombre. Au passage, cette dernière fait simultanément office d’éclairage et de bouclier, que l’on retrouve également à l’arrière.

Petit zoom sur cette particularité esthétique : ces écrans OLED placés à l’avant et à l’arrière du véhicule ont bien plus qu’un intérêt décoratif, puisqu’ils sont informatifs et interactifs. Cette fois-ci, Audi a poussé le concept d’éclairage intelligent dans ses derniers retranchements. Au-delà de l’animation simulant des yeux qui reconnaisse la personne qui s’apprête à monter à bord, il permettent également d’indiquer le niveau de charge de la batterie, indiquer aux piétons s’ils peuvent traverser ou non, et rendent l’éclairage animé.

La mécanique de l’Aicon est aussi particulièrement au point. Le puissance totale de 354 chevaux développée par 3 moteurs électriques est transmise aux quatre roues. L’alimentation est assurée par une imposante batterie promettant 800 km d’autonomie ! Et pour la recharge, c’est tout aussi impressionnant : Audi annonce 80% de charge récupérée en 30 minute, par le biais d’une alimentation 800 V câblé ou sans fil (induction).