Le weekend dernier se tenait la 23ème édition du Festival de Vitesse de Goodwood au sud de Londres. J’y étais, et j’en ai pris plein la vue !

En plus du football, il se dit que les anglais ont inventé le sport automobile, et même la Formule 1. Rien que ça. Ce qui n’est pas vraiment étonnant. Quiconque se balade du côté de Londres ou des petites routes qui musardent à travers la verte campagne anglaise le sait, pour l’avoir forcément remarqué : les belles voitures, et notamment les voitures de sport, coupés, cabriolets et « supercars » sont légion.

06Mais l’anglais, loin du kéké-tuning de nos provinces, est homme (et femme) de goût, et sait savourer l’art du pilotage et du domptage de belles mécaniques comme on sirote tranquillement un vieux whisky au fond d’un fauteuil club dans un manoir assailli par les brumes.

Et pour célébrer cette passion toute en retenue, rien de tel qu’un bon vieux Festival comme seuls les anglo-saxons en ont le secret. En l’occurrence le Goodwood Festival of Speed (Festival de vitesse de Goodwood) qui se tient depuis plus de vingt ans dans la luxuriante verdure du Sussex, au sud-ouest de Londres, à environ une heure de route de la capitale du Royaume.

Familles, pilotes et people en toute simplicité

Goodwood se tient fin juin chaque année durant trois jours (du vendredi eu dimanche) et attire pour chaque édition près de 300.000 personnes, entre familles et groupes de « petrolheads », le tout dans une ambiance aussi bon enfant que parfois très distinguée, puisque la manifestation est devenue un must où se pressent milliardaires possesseurs de voitures d’exception, mais également pilotes en activité ou à la retraite, parmi différents people et stars de tous horizons. Ainsi cette édition a-t-elle reçu la visite, entre autres VIP, de Kimi Raikkonen, Felipe Massa, Alex Lynn, Nico Rosberg, Ken Block et Valentino Rossi. Pas mal non ?

07Le parc du Festival, propriété de Charles Gordon-Lennox, qui occupe plusieurs hectares, accueille pendant les trois jours différentes manifestations : concours d’élégance, voitures anciennes, stands de constructeurs « premium », le tout ponctué de très bons concerts rock. Mais le clou du spectacle est le Hill Climb (course de côte), qui émaille de façon récurrente les trois jours : plusieurs parades thématiques permettent à des pilots professionnels mais aussi à des pilotes d’un jour, riches propriétaires de supercars, de faire péter un chrono dans une montée de deux kilomètres et de 100 mètres de dénivelé qui partage le parc en deux. Plusieurs parades s’y déroulent, et certaines vous tireraient presque une larme d’émotion. C’est le cas par exemple de la montée historique des F1, au cours de laquelle vous verrez débouler tout ce que le championnat du monde de Formule 1 a connu de voitures d’exception – souvent titrées – de ses débuts à nos jours, de la Lotus d’Ayrton Senna à la dernière hybride de Jenson Button. C’est beau, ça hurle, ça fume et ça envoie. Il est étonnant d’ailleurs de constater les performances des anciennes, qui grimpent la côte à un rythme impressionnant. On se dit que les gars qui pilotaient ces machines à l’époque étaient de vrais héros, tant la tenue de route, la protection et la sécurité laissaient à désirer par rapport aux F1 actuelles. Des gars qui savaient ce que signifie « gros cœur ».

“Flat-out and Fearless: Racing on the Edge” (pied dedans et sans peur : la course aux limites)

Entre deux bières hot-dogs, j’ai pu également assister à ce que je considère peut-être comme la plus belle parade hors F1 : celle des supercars. Une section du parc est dédiée aux voitures de sport d’exception, le Michelin Supercar Paddock. Si vous aimez les vraies voitures de sport, celles qui font tourner les têtes et chavirer même les cœurs des plus indifférents à la bagnole, un conseil, allez-y.

08 09

Ici j’ai vu en une après-midi tout ce que la planète auto compte de voitures hors du commun : McLaren, Aston Martin, Ferrari, Lamborghini, Porsche, BMW, Maseratti, Pagani, tous les constructeurs de sport et de luxe y présentent leurs nouveautés souvent en avant-première, et si vous êtes bien placé vous avez tout loisir de voir les voitures de près, les toucher, les examiner sous tous les angles, voire vous asseoir dedans, sans restriction ni barrières car les anglais sont civils et respectueux.Puis les voir tenter de descendre un chrono dans le Hill Climb (avec en prime cette année sortie de piste et pliage de la dernière Lambo Huracan juste devant moi…). Ainsi Aston Martin présentait son dernier monstre, la Vulcan, dotée d’un V12 de 800 chevaux (tiens ami écolo, c’est pour toi) et d’un design à tomber.

Ford en profitait aussi pour lancer sa nouvelle Focus RS, alors qu’Infiniti dévoilait encore un peu plus ses deux modèles phares des prochains moins, le superbe coupé GT Q60 et le SUV compact QX30, mais également le Q30, à l’aide d’un dispositif de teasing original à base d’hologrammes et de réseaux sociaux.

Q80


Le superbe concept Infiniti Q80, sortie prévue en 2020, segment grande berline sportive luxe

Le nouveau Coupé GT Q60, sortie automne 2016

Le nouveau Coupé GT Infiniti Q60, sortie automne 2016

Jenson Button était là pour faire monter la dernière McLaren de production avec Madame en passagère qui filmait sur son iPhone, mais également la McLaren F1 MP4/6 Honda d’Ayrton Senna.

Parmi les supercars de dingue, une curiosité exotique dont j’ignorais l’existence jusqu’à samedi dernier, et qui m’a littéralement scotché lors de son passage dans sa livrée bleu électrique profond : la Lexus LFA. Je n’avais jamais entendu parler de cette voiture d’exception, lancée en 2010 par la marque luxe de Toyota, et dont la production s’est arrêtée en 2013. Cette fusée intersidérale au look hallucinant m’est passée sous le nez dans un bruit de F1 de la grande époque, en plus feutré. Et pour cause, celle-ci est équipée d’un V10 Yamaha spécialement produit pour cette auto, mais que l’on imagine dérivé de l’expérience de la marque en F1. La beauté de cette voiture est juste improbable, et elle intègre merveilleusement ce qui fait le charme de ces supercars : performances hors du commun (325 km/h); look totalement ravageur et confort intérieur de limousine. 500 exemplaires ont été produits, à 400.000 euros pièce, si ça vous tente… Malheureusement, elle est passée si vite que sous l’effet de sidération je n’ai pas eu le temps de prendre des photos, trop occupé à admirer la bête, mais je vous en ai trouvé une sur Wikimedia, ainsi qu’une vidéo, aussi à Goodwood.

lexus lfa

Autre attraction : la Porsche 918, merveille hybride de 870 chevaux qui est également la vitrine technologique de la marque, puisqu’elle a rapidement gagné les galons de voiture hybride « de série » la plus sophistiquées, avancées technologiquement et performante du monde. La petite coquetterie de Porsche : alors que toutes les autres supercars avalaient la montée dans un tonnerre de rugissement de moteurs, la 918 s’est offert une montée dans les mêmes chronos mais en mode totalement électrique, dans un silence de cathédrale insolite sur un circuit de course.

01 02 03Côté expo, élégance et historique, c’est la fête aussi. On put voir par exemple l’ensemble des Ferrari qui ont participé au Championnat du monde de F1, mais également les premières supercars mythiques des années 80 à 2000 comme la Ferrari F40, la Lamborghini Diablo, Jaguar XJ220 ou encore l’incroyable et pas si has been que ça McLaren F1. Juste en face, un groupe de vielles Citroën DS parfaitement entretenues et restaurées à neuf (comme toutes les voitures présentes ici, c’est la règle) dans des livrées rares voire inédites : coupés, breaks allongés 7 places…

McLaren F1En fait je n’y suis resté qu’une grosse demi-journée alors qu’il faudrait au moins deux jours complets sur place pour tout voir et se régaler des trésors exposés et roulant à Goodwood. Vivement l’édition 2016 !

4 commentaires

  1. Pingback: Road-trip de luxe : de Lyon à Rome (et retour) en Infiniti Q50S

  2. Petite coquille au sujet de la Lexus LFA :
    « lancée en 2010 par la marque luxe de Nissan » => Il s’agit de la marque premium de Toyota.

  3. Pingback: [NAIAS Detroit] Infiniti dévoile son nouveau coupé sport Q60

Et si vous mettiez votre grain de sel ?