La plus radicale des Mercedes dévoile enfin son museau. Au programme de cette AMG GT R : design, mécanique et aérodynamique modifiés à l’extrême !

Née dans la jungle ? Mais quelle jungle ? La jungle de l’Enfer Vert, ou plus précisément la célèbre boucle de la Nordschleife du circuit du Nürburgring. Réputé comme étant le circuit le complexe et le plus éprouvant au monde, la Nordschleife est la maternité de la nouvelle AMG GT R.

16c434_065

Toujours plus

La division sportive AMG de Mercedes a donc passé la majorité de son temps à développer la plus radicale de son AMG GT sur la Nordschleife. Au programme, toujours le même V8 biturbo, mais cette fois-ci poussé à 575 chevaux. La puissance se rapproche d’une des cibles principales, l’Audi R8 V10 Plus, qui tire 610 chevaux de son V10 atmosphérique. Niveau performances, le 0 à 100 km/h est annoncé en 3,6 secondes (soit 0,2 secondes de moins que la GT S) pour une vitesse de pointe de 318 km/h.

Beaucoup d’évolutions techniques

Techniquement parlant, Mercedes-AMG n’a pas lésiné sur les moyens. Pression des turbos montée à 1,35 bars (contre 1,2 pour la GT S), système de refroidissement plus évolué, couple augmenté de 50 Nm pour atteindre les 700 Nm, nouvelles suspensions arrières en aluminium forgé… Il n’y a aucun doute, la GT R affirme son appartenance à la compétition, et sa descendance de l’AMG GT3. On notera surtout l’apparition de roues arrières directrices, une première sur cette catégorie de véhicule, permettant une vitesse plus élevée dans les virages. Ces roues arrières qui seront d’ailleurs les seules motrices du monstre, promettant des sensations plus pures.

16c434_097

Au chapitre des sensations d’ailleurs, Mercedes promet d’offrir une expérience de conduite proche de la compétitions. ESP désactivable, contrôle de traction avec sensibilité réglable sur 9 niveaux différents, et un mode « Race » abaissant le carénage inférieur la partie avant de 40 mm (au delà de 80 km/h), permettant d’améliorer de l’appui à haute vitesse.

Un vrai reptile ?

L’esthétique de cette AMG GT R transcrit les modifications techniques citées précédemment. Les ailes sont élargies de 46 mm à l’arrière, et 57 mm à l’arrière, des prises d’air élargies à l’avant, des ouïes dans le parechocs arrière, et bien sûr l’imposant aileron fixe à l’arrière. La partie avant profite même d’une modification encore plus notable, et qui ferait presque passer la GT R pour un tout nouveau modèle : la calandre « Panamericana ». Directement issue du prototype de compétition AMG GT3, cette calandre en trapèze inversé et greffée de 15 lamelles de chrome verticales en impose. C’est la première fois qu’elle est utilisée sur un modèle de série, mais Mercedes promet que l’AMG GT R ne sera pas la dernière. Future signature des modèles sportifs ultimes repérée ! Couplé à tout cet ensemble d’artifices esthétiques, une peinture verte exclusive « AMG green hell magno » sera proposée en option, donnant un air de reptile à la bête. La boucle de la jungle est bouclée !

Pour finir, l’AMG GT R profite également d’une perte de poids de 15 kg par rapport à sa sœur GT S. La liste des composants de la carosserie affectés par cette réduction est toutefois assez longue : aile, capot, renforts de tunnel central et arbre de transmission en fibre de carbone, capot en magnésium, jantes en alu forgé, silencieux d’échappement en titane.. Rien n’a été oublié !

 

 

Et si vous mettiez votre grain de sel ?