Infiniti a dévoilé officiellement au salon de Francfort son nouveau modèle compact : la Q30. Un gros défi en vue pour la marque Premium du groupe Renault Nissan.

La première fois que j’ai vu une Infiniti, c’était il y a une dizaine d’années, et c’était le modèle emblématique de la marque, le fameux SUV qui allait devenir l’actuel QX70. Je me souviens que j’avais été époustouflé par les lignes incroyablement disruptives de l’engin, comme une sorte de Cayenne qui serait passé dans le laboratoire un peu déjanté d’un designer fou. Je me souviens surtout de ces roues énormes, presque disproportionnées par rapport à la ligne de caisse, qui participaient beaucoup de la « folie » graphique de la voiture.

A l’époque, la marque n’existait pas officiellement en France, et cette vision était le fruit de l’acquisition en import direct des USA par un particulier.

Aujourd’hui je me demande si la nouvelle Q30 ferait (ou fera) le même effet aux passants quand les premiers modèles sortiront d’ici la fin de l’année. Toujours est-il que l’impression lors de la révélation officielle de l’Infiniti Q30 hier soir en avant-première au Salon de Francfort est la même : la Q30 est bien porteuse de l’ADN de la marque, fait d’audace, de design innovant… et de roues surdimensionnées par rapport à la caisse.

Porteuse de l’ADN de la marque

Infiniti a donc lancé officiellement ce qui représente peut-être son plus gros challenge à ce jour : une nouvelle auto dans un nouveau segment pour un nouveau marché. Pour la première fois une Infiniti  n’est pas un modèle d’abord conçu en commercialisé aux USA et ensuite adapté pour le marché européen, mais une voiture 100% européenne, conçue, dessinée et fabriquée  au Royaume-Uni, et destinée à conquérir une part de marché significative en Europe. Les USA et le reste du monde suivront après.

La Q30 vise le segment C, et a donc directement dans sa ligne de mire des voitures aussi installées que l’Audi A3, la Golf, la BMW Série 1 et autres Mercedes Classe C. Autant dire que le challenge est relevé, sur un segment aussi encombré et concurrentiel. Mais Infiniti a des arguments. Tout d’abord, la marque a toujours été positionnée sur le créneau « premium luxe » et va donc attaquer la concurrence par le haut. La Q30 porte tous les gênes de la marque et on sait tout de suite en voyant la ligne de la voiture puis en s’asseyant à ses commandes, que l’on n’est pas dans l’auto de monsieur Tout le monde. Si la ligne parle d’elle-même, avec ses nervures latérales, sa ligne de caisse surélevée, ses optiques de reptile et la fameuse virgule de custode arrière qui est la signature de la marque, l’intérieur est un cocon qui vous enveloppe dans une ambiance évoquant immédiatement le confort et le haut de gamme. Je reviendrai plus tard sur les détails, à l’occasion des premiers essais presse programmés mi-novembre.

2258 2261 2278 2280

Cinq motorisations

Côté motorisations, la Q30 sera disponible dès sa sortie en cinq déclinaisons : deux moteurs essence de 1.6 litre développant respectivement 120 et 154 chevaux, et deux moteurs diesel de 1.5 litre (107 chevaux) et 2.2 litres (170 chevaux, celui qui équipe déjà le Q50 et le Q70). Enfin, le haut de gamme sportif sera doté du moteur 2 litres quatre cylindres Turbo de de 210 chevaux équipant déjà la Q50 T que nous avions essayée en décembre 2014. Autant dire qu’avec une telle cavalerie dans une voiture compacte, ça va envoyer un peu de bois.

Les finitions sont à l’avenant, avec plusieurs niveaux, allant de l’intérieur tissu à l’habillage tout cuir surpiqué, en passant par l’alcantara dans le modèle Sport.

Pour compléter la gamme Q30, Infiniti lance la Q30 City Black Edition, une série limitée exclusive créée tout spécialement pour la clientèle européenne, pour marquer l’arrivée sur le marché du tout premier modèle Infiniti produit en Europe. La Q30 City Black met à l’honneur des matériaux de qualité et des technologies de pointe. Disponible à partir de 33 920 €, l’Infiniti Q30 City Black sera disponible à la commande partir de mi-septembre en Europe.

Toutes les Q30, même le modèle « de base », seront dotés d’équipements comme la caméra 360 ou encore la double sortie chromée d’échappements.

Les tarifs détaillés n’ont pas encore été communiqués mais il faudra compter entre 26.000 et 45.000 euros selon le modèle, la motorisation, les options et les niveaux de finition.

Donner votre avis

2 commentaires en réponse à "Francfort : avec la Q30, Infiniti met du design dans le segment compact"

Notify of
avatar
Sort by:   newest | oldest | most voted
trackback

[…] exemple l’Audi Q3, le Mercedes GLA et bientôt un outsider nommé Infiniti QX30, dérivé du Q30, entre […]

trackback

[…] challenge est d’importance pour Infiniti, comme je vous l’expliquais déjà lors de sa présentation mondiale à Francfort 2015. Infiniti, qui en quelque sorte n’a pas le droit à l’erreur sur ce lancement, […]

wpDiscuz